Site de la Crypte

seraphin

Notices

Retour à la page "Quoi de neuf sur le site de la Crypte"  → Recevoir nos mises à jour

Femmes myrrhophoresFête de saint Pierre et saint Paul

le 29 juin

Méditation du Père Lev Gillet

Il existe un lien spirituel étroit entre cette fête et celle de la Pentecôte, car le témoignage des apôtres est le fruit direct de la descente du Saint-Esprit sur eux. L'importance de la fête de Saint Pierre et Saint Paul dans le cycle liturgique byzantin est indiquée par le fait qu'un carême spécial - dit "carême des apôtres" - prépare les fidèles à cette solennité. Cette période de jeûne, en pratique un jeûne assez adouci, commence le lundi qui suit le premier dimanche après la Pentecôte et prend fin avec la journée du 28 juin. Père Lev Gillet

"Exaltons Pierre et Paul, ces deux grandes lumières de l'Eglise car ils brillent dans le firmament de la foi...". Ainsi chantons-nous aux vêpres de la fête, le soir du 28 juin. Aux matines comme aux vêpres, les hymnes semblent partager également la louange entre les deux apôtres, auxquels on s'adresse tour-à-tour. Toutefois l'évangile lu à matines concerne spécialement l'apôtre Pierre. Nous y entendons (1) Notre-Seigneur demander trois fois à Pierre : "m'aimes-tu ?". La première fois, Jésus dit : "m'aimes-tu plus que ceux-ci  ?". Trois fois Pierre répond avec une humilité à la fois attristée et fervente : "Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime". Et trois fois Jésus lui dit de paître le troupeau du Bon Pasteur : "Pais mes agneaux... Pais mes brebis...". Puis Jésus prédit à Pierre d'une manière voilée, "le genre de mort par lequel Pierre devait glorifier Dieu".

Cet évangile a deux choses à nous dire. Tout d'abord, il pose clairement la question unique, la question sur laquelle nous avons et nous aurons à répondre : "M'aimes-tu". Tout, dans la vie chrétienne, se réduit à cette question. Pouvons-nous répondre avec Pierre : "Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime" ? Nos actions ne donneraient-elles pas un lamentable démenti à cette affirmation ? Cependant, répondre simplement que nous n'aimons pas le Seigneur serait méconnaître et étouffer les aspirations - si faibles soient-elles - que le Saint-Esprit met dans nos cœurs et dirige vers le Christ. Disons donc à Jésus : "Seigneur, tu sais tout, tu sais que je t'aime. Je n'attends rien de moi; j'attends tout de la grâce".

Le deuxième enseignement donné par cet évangile concerne la nature de l’autorité dans l'Eglise. Le Seigneur confère ici à Pierre une autorité spéciale. On remarquera, d'abord que cette autorité est fondée sur une primauté d'amour - "m'aimes-tu plus que ceux-ci ?" et ensuite qu'elle consiste dans un service humble et désintéressé, - "pais mes agneaux ..". Toute prééminence parmi les chrétiens qui ne serait pas une prééminence d'amour et de service ne correspond pas aux intentions de Notre Seigneur. Toute autorité qui, dans l'Eglise, s' exprimerait en termes de prestige, ou de possession matérielle, ou de domination deviendrait étrangère et hostile à cette sollicitude vraiment pastorale à laquelle Jésus appelle Pierre à participer. Sur ces paroles du Seigneur à Pierre seront jugés tous ceux qui revendiquent une autorité au sein de la communauté des fidèles.

La liturgie du 29 juin manifeste, par les textes qu'elle nous fait entendre, combien le ministère de Pierre et celui de Paul sont tous deux nécessaires et complémentaires. L'évangile (2) contient la confession de Pierre à Césarée de Philippes: "Tu es le Christ le Fils du Dieu vivant..." et la réponse de Jésus : "Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les Portes de l'enfer ne tiendront pas devant elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : quoique tu lies sur la terre sera tenu dans les cieux pour lié, et ce que tu délies sur la terre sera tenu dans les cieux pour délié".

Ce texte a soulevé bien des controverses. Mais il demeure certain que Jésus a voulu reconnaître et sanctionner par l'octroi d'un pouvoir spirituel éminent l'acte de foi que Pierre venait de formuler. L'épître (3) énumère les titres de Paul, appelé directement à l'apostolat par le Christ, a être considéré comme égal ou même supérieur en autorité aux ministres de l'Evangile déjà régulièrement institués et reconnus : "Ils sont ministres du Christ ? Moi plus qu'eux...". Paul fonde cette affirmation, d'une part sur les souffrances qu'il a endurées, d' autres part les les grâces et révélations qui lui ont été accordées. Une étude attentive du rapports de PauI et des Onze peut nous apprendre beaucoup sur la question de l'autorité dans l’église. Paul ne s’y est jamais élevé contre l'élément "institutionnel" représenté par l'apostolat "historique" des Onze.

Il a reçu l’imposition des mains de ceux qui étaient déjà reconnus comme possédant le Saint-Esprit. Il a soumis à l'approbation de l’église réunie à Jérusalem ses propres méthodes d'apostolat. Mais il n' a jamais admis ni que sa vocation extraordinaire fût inférieure à la vocation normale des autres apôtres; ni que sa connaissance du Christ, toute spirituelle et reçue par grâce, fût moindre que la connaissance qu'avaient de Jésus ses premiers disciples; ni qu'il dût sacrifier ses propres convictions aux vues du plus autorisé des apôtres : "Quand Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu'il s'était donné tort. Plus l'Eglise sera dominée par le Saint-Esprit, plus elle surmontera toute tension entre l' autorité régulièrement acquise et la liberté spirituelle. Une synthèse doit s'établir entre la tradition et l'inspiration. Pierre et Paul ne peuvent pas être séparés; et c' est pourquoi l'Eglise les célèbre le même jour. Redisons avec elle :

"Réjouis-toi, ô Pierre l'Apôtre, toi le grand ami du Maître, Christ notre Dieu. Réjouis-toi bien aimé Paul, prédicateur de la foi et docteur de l'univers. A cause de cela, intercédez tous deux auprès du Christ notre Dieu pour le salut de nos âmes".

L'Eglise veut associer tous les autres Apôtres à l'hommage qu’elle rend à Pierre et Paul. Aussi la journée du 30 juin est-elle dédiée à la commémoraison collective des Douze. Comme le dit le Kondakion du jour, "... en commémorant, aujourd'hui leur souvenir, nous glorifions celui qui les a glorifiés".

Source : "L'an de grâce du Seigneur" par le Père Lev Gillet "Un moine de l'Eglise d'orient" aux éditions du Cerf

(1)Jean 21:14-25 C'était déjà la troisième fois que Jésus se montrait à ses disciples depuis qu'il était ressuscité des morts.
Après qu'ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre : Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu plus que ne m'aiment ceux-ci? Il lui répondit: Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit: Pais mes agneaux.
Il lui dit une seconde fois: Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu ? Pierre lui répondit: Oui, Seigneur, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit: Pais mes brebis.
Il lui dit pour la troisième fois: Simon, fils de Jonas, m'aimes-tu ? Pierre fut attristé de ce qu'il lui avait dit pour la troisième fois: M'aimes-tu? Et il lui répondit: Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t'aime. Jésus lui dit: Pais mes brebis.
En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais plus jeune, tu te ceignais toi-même, et tu allais où tu voulais; mais quand tu seras vieux, tu étendras tes mains, et un autre te ceindra, et te mènera où tu ne voudras pas.
Il dit cela pour indiquer par quelle mort Pierre glorifierait Dieu. Et ayant ainsi parlé, il lui dit : Suis-moi.
Pierre, s'étant retourné, vit venir après eux le disciple que Jésus aimait, celui qui, pendant le souper, s'était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit: Seigneur, qui est celui qui te livre ?
En le voyant, Pierre dit à Jésus: Et celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il ?
Jésus lui dit: Si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t'importe ? Toi, suis-moi.
Là-dessus, le bruit courut parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Cependant Jésus n'avait pas dit à Pierre qu'il ne mourrait point; mais: Si je veux qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne, que t'importe?
C'est ce disciple qui rend témoignage de ces choses, et qui les a écrites. Et nous savons que son témoignage est vrai.
Jésus a fait encore beaucoup d'autres choses; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu'on écrirait.(retour au texte)
 
(2)? Matthieu 16:13-19 Jésus, étant arrivé dans le territoire de Césarée de Philippe, demanda à ses disciples: Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l'homme?
Ils répondirent: Les uns disent que tu es Jean Baptiste; les autres, Élie; les autres, Jérémie, ou l'un des prophètes.
Et vous, leur dit-il, qui dites-vous que je suis?
Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.
Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux.
Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.
Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.
(3)? 2 Corinthiens 11:21-12:9 J'ai honte de le dire, nous avons montré de la faiblesse. Cependant, tout ce que peut oser quelqu'un, -je parle en insensé, -moi aussi, je l'ose!
Sont-ils Hébreux? Moi aussi. Sont-ils Israélites? Moi aussi. Sont-ils de la postérité d'Abraham? Moi aussi.
Sont-ils ministres de Christ? -Je parle en homme qui extravague. -Je le suis plus encore: par les travaux, bien plus; par les coups, bien plus; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, cinq fois j'ai reçu des Juifs quarante coups moins un,
trois fois j'ai été battu de verges, une fois j'ai été lapidé, trois fois j'ai fait naufrage, j'ai passé un jour et une nuit dans l'abîme.
Fréquemment en voyage, j'ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères.
J'ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité.
Et, sans parler d'autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises.
Qui est faible, que je ne sois faible? Qui vient à tomber, que je ne brûle?
S'il faut se glorifier, c'est de ma faiblesse que je me glorifierai! »
Dieu, qui est le Père du Seigneur Jésus, et qui est béni éternellement, sait que je ne mens point!...


A Damas, le gouverneur du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens, pour se saisir de moi; mais on me descendit par une fenêtre, dans une corbeille, le long de la muraille, et j'échappai de leurs mains.
Il faut se glorifier... Cela n'est pas bon. J'en viendrai néanmoins à des visions et à des révélations du Seigneur. Je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu'au troisième ciel (si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait).
Et je sais que cet homme (si ce fut dans son corps ou sans son corps je ne sais, Dieu le sait) fut enlevé dans le paradis, et qu'il entendit des paroles ineffables qu'il n'est pas permis à un homme d'exprimer. Je me glorifierai d'un tel homme, mais de moi-même je ne me glorifierai pas, sinon de mes infirmités.
Si je voulais me glorifier, je ne serais pas un insensé, car je dirais la vérité; mais je m'en abstiens, afin que personne n'ait à mon sujet une opinion supérieure à ce qu'il voit en moi ou à ce qu'il entend de moi.
Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir.
Trois fois j'ai prié le Seigneur de l'éloigner de moi, et il m'a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi.